Twitter Facebook

news - Top départ du Vendée Globe 2012-2013

Nov 11 2012

Kito de Pavant, emporté par la foule

La mer a fait tanguer les bateaux et les coeurs en ce jour de départ de Vendée Globe. L'émotion est montée lorsque les 20 skippers ont descendu le chenal des Sables d'Olonne, transformé dès les premières lueurs du jour en un stade archi-comble.

Emu aux larmes en serrant fort ses enfants, Kito de Pavant est resté généreux avec ses proches, les médias et le public, conscient que ces moments marquent une vie. Après deux heures de préparation en mer avec son équipe technique pour mettre Groupe Bel en configuration, le skipper s'est retrouvé seul, à quatre minutes du coup d'envoi.

A 13h02, le top départ est lancé alors que les bateaux progressent avec trois mètres de houle et face à un vent d'Ouest d'une douzaine de noeuds. Tellement pressés d'en découdre, cinq concurrents franchissent la ligne avec quelques secondes d'avance. Energa, Groupe Bel, Macif, Banque Populaire et PRB font demi-tour pour s'élancer une seconde fois. Ce petit contre-temps n'a pas de grande incidence à l'échelle de ces trois mois de régate. Désormais, les marins renouent avec leur élément. Kito a coupé pour de bon le cordon avec la terre.

Avant larguer les amarres, le skipper de Groupe Bel était particulièrement ému : “Il faut que je parte, que je largue les amarres, que je me concentre sur ce qu'il va se passer et ça ne va pas être simple. Nous sommes clairement dans la course. Je m'apprête à prendre quelques claques d'émotion dans le chenal. Il faut se concentrer et essayer de rester calme. C'est sûrement la journée la plus compliquée. Un contraste fort entre ce que nous avons vécu pendant trois semaines aux Sables d'Olonne et la solitude qui m'attend."

Une demi-heure après le départ, Kito a échangé chaleureusement avec les collaborateurs et les invités du groupe Bel qui l'ont encouragé en mer en ce jour particulier :?“J'ai volé de peu le départ, c'est dommage parce que j'étais dans le rythme et j'avais la bonne configuration de voiles. Ce n'est pas grave, là, ça se passe bien, je remonte petit à petit mes concurrents. J'en ai pris plein les yeux ce matin dans le chenal, je me suis régalé même s'il y avait évidemment un peu de pression. Maintenant, je suis décontracté et relax. Je vais pouvoir entrer dans le Vendée Globe. A bientôt sur Internet !"

Pour suivre l´avancée de la flotte: http://tracking2012.vendeeglobe.org/en/

© Gilles Martin-Raget / Groupe Bel